Lectures d’été

Faute de voyage lointain cet été, je me suis plongée dans deux récits empreints de sagesse. Entre l’intellectuel de droite et l’aventurier anarchiste, qui eût imaginé beaucoup de points communs ? Et pourtant, au moment de parler de la vie et de la mort, du temps et de l’univers, leurs voix résonnent étonnamment.
Au fond, quel est le sens d’une vie ? Qu’y a t-il à comprendre ? Qu’en reste-t-il ? Certainement pas grand chose, seulement l’expérience de participer à un grand tout qui nous dépasse. Mais à la lumière de ces deux témoignages, cette pensée est loin d’être anxiogène. Qui que vous soyez et quoi que vous croyiez, je vous conseille donc la lecture croisée de ces récits à la fois infimes et universels.

Pour finir, quelques mots de Tiziano Terzani à sa fille :
“A mon avis, il y a une règle essentielle à suivre : lorsque tu es à un carrefour et que tu as le choix entre une route qui monte et une route qui descend, prends celle qui monte. C’est plus facile de descendre, mais on finit par tomber dans un trou. Alors qu’en montant, il y a un espoir. C’est difficile, c’est une autre façon de voir les choses, c’est un défi, ça t’oblige à rester vigilant. Et puis, il y a une autre chose : c’est qu’il faut être conscient de ce qui nous arrive. Il faut être vigilant et se ménager des plages de solitude, de silence, de réflexion et de détachement? Et regarder.
(…) Essaie de ne jamais te répéter. Et vis maintenant ! Le passé n’est qu’un souvenir, il n’existe pas. Ce que tu attends du futur est une boîte remplie d’illusions, une boîte vide. Qui te dit qu’elle se remplira ? La vie se passe dans le moment présent, et c’est dans le moment présent qu’on doit savoir jouir de la vie.”

Jean d’Ormesson, Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit, 2014
Tiziano Terzani, Le grand voyage de la vie. Un père raconte à son fils, 2010

Leave a Reply

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.