Enseigner / Designer

La semaine dernière s’est tenue la 3e journée d’études du réseau Design en Recherche, qui questionnait l’enseignement du graphisme en particulier – mais les débats ont largement élargi le sujet. Quelle(s) pédagogie(s) pour le design ? Faut-il “faire science”, chercher la reconnaissance ou plutôt revendiquer son indiscipline ? Comment légitimer les démarches de recherche hors du cadre académique ?

Luc Dall’Armellina (ESPE Versailles) fait l’éloge d’un design “intelligence des formes et synthèse des formes d’intelligence”.
Thomas Huot-Marchand (Atelier national de la recherche typographique) défend une épistémologie singulière à la recherche projet, qui risquerait de se perdre en s’acculturant aux cadres établis. En marge mais libre, elle doit constamment refaire son examen critique.
Alexis Chazard (ESAD Valence) rappelle la mise en garde du mathématicien René Thom (1968) : « En pliant un être dans un cadre conceptuel trop pauvre pour l’exprimer, on ne saurait s’étonner d’aboutir à des incompatibilités et des paradoxes apparents »
Antonella Tufano (Centre Michel Serres, HESAM) défend une transmission qui prendrait la forme d’une traduction : porter d’un lieu à un autre, d’une discipline à une autre… au risque de l’incompréhension, car tel est le défi du dialogue interdisciplinaire.

Finalement, un idée émerge, celle de s’inspirer du modèle des CHU de médecine pour les laboratoires de recherche hybrides d’aujourd’hui.
Un triptyque recherche – pratique – enseignement dans lequel chaque pôle nourrit et se nourrit des autres. Car la recherche théorique, la conduite de projets et la pédagogie sont les trois dimensions d’une approche globale du design. Chacune nous fait indéniablement avancer – en tant qu’individu et en tant que communauté. Quant à la balance des ces rôles, simple question d’appétences !

Les enregistrements vidéo de la journée seront bientôt disponibles sur le site de Design en Recherche.

Leave a Reply

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.